Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Mirella Lysdesaron
  • Mirella Lysdesaron
  • : L'Eternel est mon Père ! Aimer est le plus joli verbe, il ne faut pas l'abimer
  • Contact

  • Mirella
  • D'origine italienne,  maman de plusieurs trésors,  amoureuse de Yeshoua notre Seigneur.
 J'aime écrire des poésies,  peindre,  faire du sport. 
 J'ai un grand amour pour Israël et pour l'Afrique, et je suis la coordinatrice de la fondation lysdes
  • D'origine italienne, maman de plusieurs trésors, amoureuse de Yeshoua notre Seigneur. J'aime écrire des poésies, peindre, faire du sport. J'ai un grand amour pour Israël et pour l'Afrique, et je suis la coordinatrice de la fondation lysdes

ORPHELINAT LYSDESARON





L'Eternel rend justice aux orphelins
Ne les oublions 
pas !







                                                                                                                                         

Titre de votre faux 2ème module

contenu html de votre faux 2ème module

Recherche

En vrac

 

 


 

 

 Il y a     personne(s) sur ce blog


 

 

 

  COMPTEUR DE VISITES

 

   

  

 


 


Tu peux déposer dans ce livre ton message d'or

 


 

 

 


 


 

 Discussion en direct avec  Lys de Saron par ce mini-tchatch

 



 

Archives

Shalom !


Cantique de David. L'Éternel est mon berger: je ne manquerai de rien. Il me fait reposer dans de verts pâturages, Il me dirige près des eaux paisibles. Il restaure mon âme, Il me conduit dans les sentiers de la justice, A cause de son nom. Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi: Ta houlette et ton bâton me rassurent. Tu dresses devant moi une table, En face de mes adversaires; Tu oins d'huile ma tête, Et ma coupe déborde. Oui, le bonheur et la grâce m'accompagneront Tous les jours de ma vie, Et j'habiterai dans la maison de l'Éternel Jusqu'à la fin de mes jours




27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 00:00

voir l'image en taille réelle

 

Journée internationale du souvenir de la Shoah

 

Jeudi 27 Janvier 2011

 

Saint-Dizier (Haute-Marne)

 

Souviens-toi, n’oublies pas

 

  « parfois, j’entends dire : « Vous et votre Shoah ! » comme si les gens étaient

 excédés d’en entendre parler,

         Et moi, ça m’énerve ! D’abord parce que je trouve qu’on n’en parle pas tellement finalement, en dehors des périodes de commémoration !

         Et puis, bien sûr que nous les Juifs avons besoin d’en parler !

         Et si nous n’en parlons pas, qui le fera à notre place, qui le fera pour nous ?

Peut-on compter sur les autres ?

         Alors, j’estime qu’il faut en parler pour que cela ne se reproduise plus jamais.

 

                                                                           Elisabeth, 23 ans

 

 Le 27 janvier a été institué journée internationale de commémoration en mémoire

des victimes de la Shoah.

 

Cette date a été retenue car le 27 janvier 1945 est le jour de libération du camp d’Auschwitz par l’Armée russe.

 

         Le 27 janvier 1944  est également une date de souvenir tragique. Etant native

 

de Haute-Marne, ce jour reste planté dans mon cœur comme une écharde, car il est

celui de la grande rafle des Juifs de Haute-Marne, où 96 personnes, hommes,

femmes et enfants furent arrêtés.

 

 Il y a des silences qui pèsent plus lourd que la terre

Il y a des silences qui crient plus fort que toutes les douleurs du monde.

Il y a des silences qui tuent.

 

Le silence suit le bourreau, il est sur les champs ensanglantés,

 dans les abîmes de la tristesse humaine.

J’ai vu un silence.

 

Mon sang vibre et bouillonne et je veux crier,

réveiller mes camarades, les gardiens, les bourreaux,

Les rues endormies, la cour des supplices, la terre toute entière.

 

Je voudrais leur crier en face ma douleur, toute mon envie de vivre,

Mais le silence pèse, mes lèvres ne bougent pas.

 

Les cris s’étranglent dans mon sang,

Et mon cœur bat le rythme lourd du silence gris.


J’ai vu arriver la petite Monique, 6 ans, matricule 25748.

Je l’ai prise dans mes bras et j’ai senti une détresse immense

 et une douleur poignante sans commencement et sans fin.

Les miradors ont balayé de leur lumière aveuglante tout ce qui vivait d’humain

dans cette nuit,

 Mais le silence, seul, a régné en maître.

Un silence qui parle comme les yeux de la petite Monique.

 

 Dans le livre du Deutéronome au chapitre 25 (17 à 19), il est déjà mentionné ce que l’on appelle aujourd’hui le devoir de mémoire :

 

         « Souviens-toi… n’oublie pas »

 

         Il est vrai que les journées du souvenir de la déportation et de la Shoah sont éprouvantes et peu populaires puisqu’elles sont là pour nous rappeler des évènements dramatiques que la plupart des gens aimerait oublier, et pourtant ce refrain entêtant martèle les consciences :

 

         « Souviens-toi, n’oublie pas »

 

         Les survivants des camps d’extermination, qui sont revenus de cet enfer,

en plus des cauchemars qu’ils faisaient toutes les nuits, se culpabilisaient d’être

restés en vie, alors que tant d’autres étaient partis en cendres.

 

         Il leur était impossible de parler de ce qu’ils avaient vécu, cela aurait été

trop dur, et ils savaient qu’on ne les comprendrait pas, qu’on ne les croirait pas.

Un gouffre sans fond séparait l’humanité de l’enfer des camps.

 

         Certains, encouragés et poussés par leurs amis, ont commencé à parler, à écrire,

à se confier… mais 50 ans après.

 

         Il y a le silence des victimes étouffées, anéanties par une tragédie dépassant l’entendement,

 

         Il y a la minute de silence qui tente de leur rendre hommage, puisque qu’aucun

mot en ce monde ne pourrait exprimer le ressenti face à l’horreur absolue.

 

         Il y a aussi le silence des indifférents ou de ceux qui prétendent qu’il vaudrait mieux oublier toutes ces vieilles histoires,

 

         Le silence de tout un engrenage administratif qui cache en son sein des milliers

et des milliers de dénonciations anonymes et nauséabondes.

 

         Les rafles qui se succédaient à une plus grande cadence depuis 1942,

entraînaient hommes, femmes et enfants dans un tourbillon de cris, de coups, de hurlements, dans un chaos indescriptible.

         Ils étaient arrachés de leurs demeures par des tortionnaires qui défonçaient

leurs portes et tenaient au poing leur gourdin levé. Les rues sont mortes dans

un grand tumulte.

 

         Souviens-toi… N’oublie pas !

 

         O les silencieux, ceux qui ne disent rien. Ils crient plus haut en vérité. Ils regardent alentour, jusqu’à ce que les victimes soient englouties dans un silence monstrueux.

 

         Pendant que tant et tant souffraient et agonisaient, un silence pesant

et insidieux enveloppait les nations.

 

 La folie meurtrière s’est enflammée comme un brasier, un engrenage méticuleusement médité et préparé a permis que des millions de personnes soient exterminées pendant que le monde fermait les yeux.

 

         La machine implacable mise en route ne s’est pas émue des larmes de désespoir

de ceux qui avaient été jugés indignes d’exister, les wagons de la honte dans leur ronde infernale roulaient sans état d’âme vers leur destination tragique.

 

         Dans le livre des Proverbes au chapitre 24 (11 et 12), il est écrit :

 

         « délivre ceux qu’on traîne à la mort… si tu dis : ah, nous ne savions pas ! Celui qui pèse les cœurs ne le voit-Il pas ? »

 

                  Il y a déjà eu trop de silences durant la seconde guerre mondiale, avec comme excuse le fait qu’on ne savait pas ce qu’il advenait des Juifs. Aujourd’hui,

on le sait.

 

         Alors, il n’y a plus de raisons de se taire devant une telle ignominie.

 

         Il est intolérable que les 6 millions de Juifs assassinés lors de la Shoah,

restent seulement un chiffre dans l’Histoire.

 

         Aujourd’hui, des milliers et des milliers de photos ont été recueillies avec une tendresse infinie pour redonner un visage, un nom, une famille, un lieu, à ces hommes, femmes et enfants qui sont partis sans sépulture.

 

Au travers de ces photos, leurs yeux désemparés nous observent et semblent

nous interroger, des regards désespérés qui crient à l’humanité entière :

Pourquoi nous avez-vous abandonnés ?

 

         Ce serait abomination que de les abandonner dans l’oubli et le silence.

 

         Souviens-toi… n’oublie pas !

 

         Souvenez-vous non pour haïr ou pour entretenir de vieilles querelles,

mais pour être vigilants, pour dénoncer et poursuivre toute résurgence de racisme

et d’antisémitisme.

 

 

 

EL MALE RAHAMIM

 

Prière pour les victimes de la Shoah

 

            D-ieu plein de miséricorde, Toi qui résides dans les hauteurs, accorde un

repos éternel sous les ailes de Ta providence, à l’instar des saints et des purs

qui brillent et étincellent comme la lumière du firmament,

 

            Aux six millions d’âmes d’Israël, aux déportés et exterminés pendant la Shoah, hommes, femmes, enfants, tous saints et purs, qui furent assassinés dans les camps de la mort, en particulier :

 

Auschwits – Bergen Belsen – Dachau – Maïdanek

Mathausen – Sobibor – Teresienstadt – Treblinka…

 

            Par la prière exprimée par notre communauté pour l’élévation de leur âme,

ô Père miséricordieux, recouvre-les de Tes ailes à jamais, que leur âme soit protégée

dans le faisceau de vie éternelle.

 

            Que l’E-ternel soit leur héritage, que le souvenir de leur opprobre ne s’efface jamais, et que leur mérite se pose en permanence sur nous et sur tout Israël.

 

            O terre, ne recouvre pas leur sang, que leurs cris restent vivants,

qu’ils reposent en paix, et qu’ils se relèvent à la fin des temps.

 

            Amen.

 

 

 

Sylviane CUARTERO

11 Grande rue

51290  AMBRIERES

 

 

 

 

            Photo-543.jpg

 

.

 

        

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lys de Saron - dans QUE JE T'AIME ISRAËL
commenter cet article

Commentaires

http://bestcrmservice.com/ 22/07/2014 13:34

The flowers look very pretty. I think you have picked some best ones among these. Arranging all these stuff under one platform can be a tough job and you have wonderfully done it over here. There has to be something special about it.

Options


 

L'Eternel est mon Berger: je ne manquerai de rien.

Il me fait reposer dans de verts pâturages,

Il me dirige près des eaux paisibles.

Il retaure mon âme


PSAUMES 23:1-3



 


 

 


 


Toi qui es dans la détresse

Ton coeur est brisé
Ecris-moi
Je te répondrai avec l'aide de D.ieu 



 


 


 

 

 

 

 

 

associations et organisations

 


Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -