Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Mirella Lysdesaron
  • Mirella Lysdesaron
  • : L'Eternel est mon Père ! Aimer est le plus joli verbe, il ne faut pas l'abimer
  • Contact

  • Mirella
  • D'origine italienne,  maman de plusieurs trésors,  amoureuse de Yeshoua notre Seigneur.
 J'aime écrire des poésies,  peindre,  faire du sport. 
 J'ai un grand amour pour Israël et pour l'Afrique, et je suis la coordinatrice de la fondation lysdes
  • D'origine italienne, maman de plusieurs trésors, amoureuse de Yeshoua notre Seigneur. J'aime écrire des poésies, peindre, faire du sport. J'ai un grand amour pour Israël et pour l'Afrique, et je suis la coordinatrice de la fondation lysdes

ORPHELINAT LYSDESARON





L'Eternel rend justice aux orphelins
Ne les oublions 
pas !







                                                                                                                                         

Titre de votre faux 2ème module

contenu html de votre faux 2ème module

Recherche

En vrac

 

 


 

 

 Il y a     personne(s) sur ce blog


 

 

 

  COMPTEUR DE VISITES

 

   

  

 


 


Tu peux déposer dans ce livre ton message d'or

 


 

 

 


 


 

 Discussion en direct avec  Lys de Saron par ce mini-tchatch

 



 

Archives

Shalom !


Cantique de David. L'Éternel est mon berger: je ne manquerai de rien. Il me fait reposer dans de verts pâturages, Il me dirige près des eaux paisibles. Il restaure mon âme, Il me conduit dans les sentiers de la justice, A cause de son nom. Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi: Ta houlette et ton bâton me rassurent. Tu dresses devant moi une table, En face de mes adversaires; Tu oins d'huile ma tête, Et ma coupe déborde. Oui, le bonheur et la grâce m'accompagneront Tous les jours de ma vie, Et j'habiterai dans la maison de l'Éternel Jusqu'à la fin de mes jours




14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 00:00

voir l'image en taille réelle

 

De toutes les religions que les hommes pratiquent sur la terre, il existe

dans toutes les communautés plusieurs types de croyants.

Il y a des croyants sincères, des croyants hypocrites,

et des croyants cannibales.

On a souvent entendu en Afrique et ailleurs, l’histoire des hommes qui mangent

la chair humaine. De nos jours, cette pratique existe encore dans certaines

sectes où les adhérents se réunissent pour boire du sang humain et

partager la chair humaine. Ces propos vont sûrement vous donner

de la nausée et du dégoût, mais pourtant c’est vrai.

L’Eternel a donné l’ordre à l’homme de manger de la chair animale pour

se nourrir après le déluge, mais depuis longtemps les hommes ne

se sont pas seulement contentés de manger de la viande animale,

mais leur désir s’est porté vers la chair et le sang de leurs prochains.

On a connu en Afrique des dictateurs, qui ont pendant des années,

eut à leur table la chair humaine pour nourriture et du sang

humain pour s’abreuver.

Ceci est une pratique condamnée de tous, et nul ne peut oser manger

de la chair humaine même à prix d’argent.

Cependant, cette pratique de manger la chair de son prochain est pratiquée de

nos jours même dans les églises, synagogues et mosquées.

Vous allez certainement me dire que c’est faux et pourtant c’est vrai.

Je le dis en connaissance de cause, car je crois que manger de la chair humaine

ne signifie pas seulement prendre la  jambe, la tête, le bras, les oreilles,

le cœur, de ton prochain  et cela d’une manière physique.

Il n’y a rien de plus précieux chez un homme que sa personnalité, car celle-ci

est le reflet de ce que ce dernier est en réalité dans son être intérieur.

Je veux parler de ceux qui se réunissent dans les églises, les mosquées,

les synagogues, lieux de service, familles non pas pour s’édifier, s’entraider

mais pour calomnier, médire et diffamer le nom de leur prochain.

Il existe même certains dont le travail est d’aller de maison en maison,

de pays en pays, non pas pour apporter la paix, mais pour semer la division

et la confusion dans le cœur des enfants de D.ieu. Certains mêmes

se procurent des téléphones puissants pour s’assurer que leur travail de

calomnie, de division est bien accompli.

Lorsque vous vous rendez chez quelqu’un ou dans une réunion, au lieu de parler

ce qui glorifie votre D.ieu, vous prenez la tête de votre prochain pour la poser

sur un plateau d’or et se servent comme nourriture à longueur de journée.

Ils prennent aussi la jambe du prochain, ainsi que les autres parties du corps

pour se nourrir, je veux dire pour satisfaire leur égo.

Ils prennent le cœur de leur prochain qu’ils pressent pour en sortir du sang,

et de l’eau qui leur servent de breuvage.

N’est-ce pas là du cannibalisme ? Lorsque vous videz votre prochain

de sa personnalité, de sa réputation pour vous voir grandir et être apprécié

de votre Pasteur, de votre Rabbin, de votre Prêtre ou de votre Imam,

n’est-ce pas là une pratique de sorcellerie ou de cannibalisme qui ne glorifie

en rien Le Seigneur.

Je veux ainsi dénoncer sans condamner ces frères et sœurs qui sont comme

des caméléons, semant la division entre les frères, les familles, les couples,

les collègues ou les amis et paraissent aux yeux de tous comme des anges,

alors qu’en réalité, ce sont des croyants cannibales dont Le Seigneur finit

toujours par exposer.

Je veux tout simplement vous dire mes amis, mes frères, et mes sœurs,

que chaque fois que nous calomnions notre prochain, nous le vidons de son être,

de son âme, à notre profit, ainsi ce dernier est vu comme un voleur,

un adultère, un menteur, un escroc, un sorcier, un débauché, un arnaqueur,

un cupide, que sais je encore …la liste est longue ! Alors que nous

sommes appréciés, aimés, et même élevés à de hautes responsabilités,

comme récompense de notre cannibalisme.

Il faut tout arrêter pendant qu’il est encore temps, car Le Seigneur

ne nous laissera pas impunis si nous continuons à pratiquer de tels actes

au détriment des créatures faites à l’image de D.ieu.

La tentation est grande de toujours parler mal des autres, de voir le mal

qui est chez l’autre, et d’ignorer ce qui est  caché en nous, mais sachons l

e chers amis, lorsque tu pointes un doigt en direction de ton prochain,

tu oublies que 4 autres doigts sont pointés contre toi.

Faite le geste et vous verrez que nul ne peut échapper à cela.

Lorsque tu juges une fois ton prochain, tu te juges et te condamne 4 fois.

Il vaut la peine de se juger soi-même afin d’aider son prochain à améliorer

ce que nous présumons être le mal chez lui.

Le Seigneur Lui-même a dit qu’Il nous mesurera avec la mesure dont nous

nous servons pour mesurer les autres.

« Ne jugez point, afin que vous ne soyez point jugés, car on vous jugera

du jugement dont vous jugez, et l’on vous mesurera avec la mesure

dont vous mesurez. »

Matthieu 7 : 1 et 2

Arrêtons de nous manger les uns les autres, mais si nous avons faim

Le Seigneur nous a dit

 qu’Il est le pain descendu du ciel et Son corps est une vraie nourriture,

et Son sang un vrai breuvage. Si nous mangeons le corps du Seigneur

et buvons Son sang, nous vivrons éternellement, et l’occasion nous est

offerte bientôt lors de la Pessah (Pâques) d’accomplir cette ordonnance

du Seigneur, en nous approchant humblement de Sa table dans la crainte

et la communion fraternelle.

En attendant que Le Seigneur revienne, prions pour que Le Seigneur nous donne

de bénir, d’élever, d’encourager et de dire du bien de notre prochain lorsque

nous nous retrouvons.

Que Le Seigneur éloigne l’esprit de calomnie, de médisance, de division,

de confusion et d’hypocrisie que l’ennemi introduit toujours entre nous 

pour mieux nous détruire et nous éloigner de l’amour de D.ieu et de la grâce

qu’Il réserve à Ses enfants.

Ce message n’est pas dirigé contre quiconque, mais il m’est venu en

cette heure, de le partager avec vous, non pas pour juger, condamner,

mais dénoncer ce qui cause le malheur dans nos familles, nos communautés

et nos lieux de service.

Soyez bénis et que ceux qui ont des oreilles pour entendre, tirent profit

de ces paroles que je crois, venant du cœur de D.ieu.

 

Pasteur Philippe Sipewo

 

 

 voir l'image en taille réelle

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lys de Saron - dans PENSEES JOURNALIERES
commenter cet article

Commentaires

Options


 

L'Eternel est mon Berger: je ne manquerai de rien.

Il me fait reposer dans de verts pâturages,

Il me dirige près des eaux paisibles.

Il retaure mon âme


PSAUMES 23:1-3



 


 

 


 


Toi qui es dans la détresse

Ton coeur est brisé
Ecris-moi
Je te répondrai avec l'aide de D.ieu 



 


 


 

 

 

 

 

 

associations et organisations

 


Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -