Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Mirella Lysdesaron
  • Mirella Lysdesaron
  • : L'Eternel est mon Père ! Aimer est le plus joli verbe, il ne faut pas l'abimer
  • Contact

  • Mirella
  • D'origine italienne,  maman de plusieurs trésors,  amoureuse de Yeshoua notre Seigneur.
 J'aime écrire des poésies,  peindre,  faire du sport. 
 J'ai un grand amour pour Israël et pour l'Afrique, et je suis la coordinatrice de la fondation lysdes
  • D'origine italienne, maman de plusieurs trésors, amoureuse de Yeshoua notre Seigneur. J'aime écrire des poésies, peindre, faire du sport. J'ai un grand amour pour Israël et pour l'Afrique, et je suis la coordinatrice de la fondation lysdes

ORPHELINAT LYSDESARON





L'Eternel rend justice aux orphelins
Ne les oublions 
pas !







                                                                                                                                         

Titre de votre faux 2ème module

contenu html de votre faux 2ème module

Recherche

En vrac

 

 


 

 

 Il y a     personne(s) sur ce blog


 

 

 

  COMPTEUR DE VISITES

 

   

  

 


 


Tu peux déposer dans ce livre ton message d'or

 


 

 

 


 


 

 Discussion en direct avec  Lys de Saron par ce mini-tchatch

 



 

Archives

Shalom !


Cantique de David. L'Éternel est mon berger: je ne manquerai de rien. Il me fait reposer dans de verts pâturages, Il me dirige près des eaux paisibles. Il restaure mon âme, Il me conduit dans les sentiers de la justice, A cause de son nom. Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi: Ta houlette et ton bâton me rassurent. Tu dresses devant moi une table, En face de mes adversaires; Tu oins d'huile ma tête, Et ma coupe déborde. Oui, le bonheur et la grâce m'accompagneront Tous les jours de ma vie, Et j'habiterai dans la maison de l'Éternel Jusqu'à la fin de mes jours




11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 00:00
rony-akrich Mordechaï était considéré comme le premier leader de la communauté juive de Perse. Il adopte face au deuxième personnage du royaume, Aman, une attitude arrogante et exacerbant la haine antisémite de ce dernier.

Comment pouvait-il mettre, ainsi, en danger la vie de ses coreligionnaires?

Toute la communauté juive locale savait que Mordechaï agissait de la sorte,

et les notables juifs avaient déjà, à plusieurs reprises, tenté de le raisonner

et de lui faire prendre conscience des dangers qui pesaient sur toute

 la communauté. Mais rien n’y faisait !
Le Maharal de Prague explique qu’il ne s’agissait pas là d’une incartade

marginale, mais d’une question de principe : fallait-il céder à la cruauté,

ou bien convenait-il au contraire d’adopter une attitude fière et résolue?
 
Rabbi Shïmon Bar Yochaï avait répondu à ce dilemme :

« devant la méchanceté, estime-t-il, il est même permis d’arborer

une attitude provocante. »

Réponse très révélatrice de sa personnalité, on sait que ce fut

un grand résistant contre l’occupation romaine qui le condamna

a mort et le contraint à se cacher.

C’est cette même thèse que Mordechaï a faite sienne.
S’il arrive que les contingences de l’exil exigent parfois que

l’on doive s’humilier face aux étrangers et aux « gentils »

qui nous gouvernent, en Eretz Israël au contraire, un peuple libre

doit adopter une politique émancipé ! Pour espérer voir s’édifier

un royaume ou un Etat libre, il est nécessaire de posséder

au départ un certain esprit de liberté, de souveraineté et d’indépendance.
Mordechaï avait quant à lui compris qu’il ne fallait pas céder !

Reculer devant les premières oppressions, c’était leur concéder

de plus en plus de terrain sur nous même.

Par contre, en restant ferme, il devenait évident que le prix à payer,

sur le moment, serait élever mais l’on éviterait un désastre certain

pour l’avenir.

Il connaissait parfaitement les personnages impliqués dans les intrigues

du royaume, raison pour laquelle il s’opposera le plus fermement

possible aux tyrans qu’ils étaient.

Il comprenait qu’Aman désirait briser peu à peu l’esprit

de fierté et d’indépendance que le peuple d’Israël avait maintenu

même en exil.
On objectera qu’il est évidemment toujours positif de conserver

son esprit de liberté et d’orgueil national, encore faudrait-il être capable

de résister à ses ennemis.
Assuérus n’a pas aboli le décret d’extermination réclamé auparavant

par son Premier ministre : il l’a seulement associé à un autre décret

qui permettait aux Juifs de se défendre.

Il s’avéra, alors, que la détermination des Juifs eut raison

de la cruauté des Perses. À l’évidence, le peuple d’Israël n’était pas

une nation faible et craintive, mais puissante.

Peut-être les Juifs se croyaient ils moins courageux et résistants

qu’ils ne l’étaient ? Peut-être avaient-ils une trop forte tendance

à se dévaloriser aux yeux des autres peuples, et a tombés dans

cet état de faiblesse générale et de renoncement ? En fait,

c’est l’homme du courage, l’inébranlable Mordehaï, qui a su réveiller

les forces enfouies de son peuple en vue d’accélérer le salut

de tous ! Cette hardiesse, profondément enracinée dans l’âme de la nation,

 a surgi au moment où la résistance contre les forces du mal

était la plus opportune.

Rony Akrich

 

0705201014202071582846-copie-1.jpg

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lys de Saron - dans QUE JE T'AIME ISRAËL
commenter cet article

Commentaires

Joy 11/03/2011 17:33


Shabbat Shalom ma Lys...


Lys de Saron 12/03/2011 11:48



amen , Je t'embrasse



Options


 

L'Eternel est mon Berger: je ne manquerai de rien.

Il me fait reposer dans de verts pâturages,

Il me dirige près des eaux paisibles.

Il retaure mon âme


PSAUMES 23:1-3



 


 

 


 


Toi qui es dans la détresse

Ton coeur est brisé
Ecris-moi
Je te répondrai avec l'aide de D.ieu 



 


 


 

 

 

 

 

 

associations et organisations

 


Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -