Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Mirella Lysdesaron
  • Mirella Lysdesaron
  • : L'Eternel est mon Père ! Aimer est le plus joli verbe, il ne faut pas l'abimer
  • Contact

  • Mirella
  • D'origine italienne,  maman de plusieurs trésors,  amoureuse de Yeshoua notre Seigneur.
 J'aime écrire des poésies,  peindre,  faire du sport. 
 J'ai un grand amour pour Israël et pour l'Afrique, et je suis la coordinatrice de la fondation lysdes
  • D'origine italienne, maman de plusieurs trésors, amoureuse de Yeshoua notre Seigneur. J'aime écrire des poésies, peindre, faire du sport. J'ai un grand amour pour Israël et pour l'Afrique, et je suis la coordinatrice de la fondation lysdes

ORPHELINAT LYSDESARON





L'Eternel rend justice aux orphelins
Ne les oublions 
pas !







                                                                                                                                         

Titre de votre faux 2ème module

contenu html de votre faux 2ème module

Recherche

En vrac

 

 


 

 

 Il y a     personne(s) sur ce blog


 

 

 

  COMPTEUR DE VISITES

 

   

  

 


 


Tu peux déposer dans ce livre ton message d'or

 


 

 

 


 


 

 Discussion en direct avec  Lys de Saron par ce mini-tchatch

 



 

Archives

Shalom !


Cantique de David. L'Éternel est mon berger: je ne manquerai de rien. Il me fait reposer dans de verts pâturages, Il me dirige près des eaux paisibles. Il restaure mon âme, Il me conduit dans les sentiers de la justice, A cause de son nom. Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi: Ta houlette et ton bâton me rassurent. Tu dresses devant moi une table, En face de mes adversaires; Tu oins d'huile ma tête, Et ma coupe déborde. Oui, le bonheur et la grâce m'accompagneront Tous les jours de ma vie, Et j'habiterai dans la maison de l'Éternel Jusqu'à la fin de mes jours




25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 22:54

 arnold-lagemi Les influences extérieures nous ont habitués à définir la femme juive comme un être inhibé, limité dans ses droits, et vivant à l’ombre de l’homme, seigneur tout puissant dispensant avantages et privilèges selon « son bon plaisir. »

Une telle approche mérite d’être considérée au regard d’un texte

révolutionnaire et franchement subversif que les Juifs sépharades

ont l’habitude de réciter le vendredi soir avant le Kiddouch.

Véritable proclamation des droits de la femme, ce texte,

authentique brûlot féministe, place et définit la femme non pas comme

 inférieure à l’homme, mais au moins comme son égale sinon comme

supérieure dans des domaines où l’homme était habitué à avoir le dernier mot.

 

D’ailleurs, le texte ne commence pas par énumérer les qualités de la femme

idéale comme s’il s’agissait de particularités garanties dès la naissance

mais pose une question essentielle, d’une audace inouïe.

« Quel est l’heureux homme qui a trouvé cette femme ? »

Le statut n’est pas reconnu sans compensation, il faut l’acquérir

pour justifier la rareté ! La question a valeur explicative : la femme

est vertueuse non en fonction du droit mais de son idéal et surtout

de son mérite. En d’autres termes, c’est de haute lutte que la femme

juive a acquis son statut.

Une condition incontournable, cependant, lui permettra de donner libre

cours à ses compétences, son talent ou son amour.

Une donnée non légale, non requise par la loi parce qu’elle touche

le domaine secret où se fonde la qualité de la relation entre

le mari et sa femme : « Le cœur de son mari a confiance en elle. »

 C’est donc la confiance du mari qui donnera à la femme confiance en elle.

Et si vous en êtes là, Messieurs, préparez-vous à découvrir

la nature réelle de votre femme peut être, de la femme idéale

en cours de révélation. Et qui a dit que la femme juive était réservée,

timide, voire timorée :

Sa lampe ne s’éteint pas pendant la nuit,

Elle se lève lorsqu’il est encore nuit

Et elle donne la nourriture à sa maison

Elle pense à un champ et elle l’acquiert

Du fruit de son travail, elle plante une vigne

Elle ne craint pas la neige pour sa maison,

Son mari est considéré aux portes,

Lorsqu’il siège avec les Anciens.

On aura noté le statut de « Chef d’Entreprise ».

« Elle pense à un champ et elle l’acquiert. Du fruit de son travail,

elle plante une vigne. » Vous voyez une relation avec les femmes

juives isolées dans les synagogues, pour ne pas dire « parquées ? »

Vous voyez un lien avec ces femmes cantonnées aux tâches domestiques ?

Travaux nécessaires et indispensables, certes. Mais l’idéal de la femme

juive est tel que décrit plus haut, probablement par le Roi Salomon.

Alors machistes de tout acabit, mettez au placard des vieilleries,

vos droits et privilèges. La femme juive est d’abord la femme idéale !!!

Chabat Chalom !

 

a rosa gialla

Partager cet article

Repost 0
Published by Lys de Saron - dans QUE JE T'AIME ISRAËL
commenter cet article

Commentaires

caron 26/01/2013 10:21

shalom Arnold lagemi
la femme vertueuse (prov31)l'ETERNEL la donné a toute les femmes de toutes les nations pour son mari.seulement la confiance de fait d'abors avec notre pére celeste;et pour le mari quil nous
donne(une grande bénédiction de son amour)à travers son fils bien-aimé yahshua lépoux fidéle,et parfait.
ou est votre coeur? dans la jérusalem celeste auprés de notre père ou celle dans bas?
que le tout puissant vous bénise.
colombe

Options


 

L'Eternel est mon Berger: je ne manquerai de rien.

Il me fait reposer dans de verts pâturages,

Il me dirige près des eaux paisibles.

Il retaure mon âme


PSAUMES 23:1-3



 


 

 


 


Toi qui es dans la détresse

Ton coeur est brisé
Ecris-moi
Je te répondrai avec l'aide de D.ieu 



 


 


 

 

 

 

 

 

associations et organisations

 


Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -